Le 50° anniversaire de Rénovation a été pour nous l’occasion de reformuler la charte de notre association, c’est-à-dire énoncer à nouveau les principes fondamentaux qui guident notre action.

Notre charte associative

Nous tirons nos origines de la pensée personnaliste exprimée notamment par Emmanuel Mounier qui nous a fait mettre en avant : la dignité de la personne, le respect de l’autre, la solidarité, la recherche de l’épanouissement de la personne, le droit à l’éducation et aux soins. Nous avons grandi sous l’influence de la psychanalyse qui a confirmé notre attention pour le sujet dans ses aspects conscients et inconscients. Nous sommes aujourd’hui ouverts aux courants de pensée et aux interrogations contemporaines. Rénovation n’a jamais été une organisation sous la dépendance d’une religion, chapelle, parti ou mouvement, ni sous l’influence exclusive d’une personne.
Notre seule mission et militance se situe dans le mouvement associatif laïque. Ce qui suit est le fruit de plusieurs réunions du Bureau de l’association ainsi que du comité directeur regroupant les principaux responsables des établissements et services.
Il nous a ainsi été possible de dégager sept idées- forces qui constituent notre charte :

1

Nous privilégions le sujet, en difficulté certes, mais parlant et existant. Nous sommes à son écoute. Et notre travail va tendre à ce qu’il redevienne un être en devenir. Nous attachons plus d’importance à l’émergence du sujet qu’aux symptômes qu’il peut présenter ou aux référentiels le concernant. Nous savons que la personne est irréductible à toutes les lectures, mêmes pluridisciplinaires. Notre perspective est l’avènement d’une personne libre et créatrice.

2

Nous cherchons à articuler le soin à la personne et le milieu social dans lequel elle vit. Pas de prise en charge à nos yeux qui ne s’inscrive dans une prise en compte de l’environnement familial et citoyen, tant il est vrai que le sujet “en devenir” ne le devient qu’en confrontant ses pensées à celles des autres. L’expérience fondamentale de la personne est la communication. Elle se réalise par le double mouvement de l’altérité et de l’intimité. Nous refusons ainsi toute forme de racisme, d’exclusion ou d’individualisme.

3

Notre action consiste en une démarche pragmatique. Elle nous conduit à prendre en charge cas par cas, ou situation par situation, les sujets que nous accueillons pendant la période nécessaire. Mais cette praxis nous conduit à une recherche de compréhension et de réflexion sur notre pratique.

4

Nous sommes en recherche constante de compétence et de perfectionnement. Notre engagement cherche à éviter deux écueils, celui du pouvoir sur l’autre et de l’abandon du projet. Nous tendons vers une rigueur gestionnaire au service de notre mission auprès des personnes en souffrance.

5

Nous sommes dans notre pratique en recherche d’innovation. La détresse sociale actuelle prend des formes nouvelles face auxquelles nous ne cherchons pas à appliquer de façon répétitive les formules que nous avons apprises au fil des décennies, mais nous cherchons à inventer de nouvelles réponses.

6

Au sein de l’association nous cherchons à établir des relations qui ne relèvent ni de la compétition du secteur marchand ni de l’organisation bureaucratique. Notre but est d’établir entre nous des relations qui soient en cohérence avec les principes qui guident notre action auprès des personnes accueillies, sans nier les conflits et tout en respectant la place de chacun.

7

Nous cherchons dans notre pratique la participation des usagers et de leurs familles pour une meilleure qualité de la communication, du dialogue, et donc du service dans un climat participatif. Nous nous engageons à situer notre action et notre réflexion dans le sillage de ces règles fondamentales, garantissant le respect des usagers, de nos collègues et de nos partenaires.